Résumé:

Rue des Rosiers, lieu mythique de l'immigration juive, lieu que les siècles ont chargé d'événements tragiques sans jamais affaiblir sa vitalité prodigieuse. Noam, un jeune obtenteur de génie, amoureux des roses, rencontre Charme, une historienne hantée par les souffrances du peuple juif. Pour s'aimer, ils devront élucider le destin d'une famille disparue, dont Charme habite l'appartement. Les jumeaux Rosenweig ont-ils été sauvés de l'Holocauste pour grandir sous de faux noms ? Noam serait-il par une incroyable coïncidence le fils de l'un d'eux ? Comment apaiser la mémoire des victimes dont les cris obsèdent le couple ? Les forces de la vie finiront-elles par triompher de l'horreur ?

 

Mon avis:

L'histoire est riche d'Histoire.... d'une Histoire peu glorieuse qui persécute le peuple juif depuis des millénaires, de tout temps et sous tous les climats. C'est dans cette atmosphère amère que va naître un amour un peu bizarre entre une jeune auteure et un botaniste entiché de roses. Si la fin m'a surprise, je n'ai pas vu grand intérêt à ce roman, sinon la prise de conscience de cette folie meurtrière qui suit le judaïsme, qui l'oppresse et le menace sans arrêt. Aucune question n'est posée, même pas un "pourquoi" qu'on a envie de crier devant tant de haine; pas de réponses non plus, sinon créer des roses pour honorer des mémoires; encore moins de vengeance: juste écrire un livre pour témoigner des atrocités. Pas de réponses concernant Noam non plus, est-il parent avec les jumeaux en effet?

Bref, je suis restée un peu indécise.... bon ou bof ? je doute encore....